Selon des chercheurs canadiens les internautes forment les premières impressions d’une page Web en moins de 50 millisecondes (1/20ème de seconde). En l’espace d’un clin d’œil, les utilisateurs portent instantanément un jugement sur un site web uniquement selon son attrait visuel.

Des chercheurs dirigés par le Dr Gitte Lindgaard de l’Université Carleton en Ontario ont voulu savoir comment les gens pouvaient former de premières impressions si rapidement. Ils ont présentés des pages web à des utilisateurs en les faisant clignoter à 500 ms et 50 ms sur un écran. Les utilisateurs devaient ensuite donner une appréciation. Les résultats aux deux intervalles de temps sont similaires entre les participants. A 50 ms, les participants ont donc déjà formé des jugements sur les images qu’ils ont entrevu. Appelée «effet halo», cette première impression émotionnelle influe sur les jugements cognitifs ultérieurs portant sur d’autres caractéristiques du site Web, y compris la facilité d’utilisation et sa crédibilité.

On observe également une influence de l’âge. Un groupe de lycéens ayant vu les diapositives de 50 msec et étaient capables de discerner beaucoup plus de détails que ne l’étaient les personnes âgées. Ces dernières ne sont pas en mesure de voir les détails et n’ont pas la même perception du contenu informationnel.

L’effet halo

La vitesse à laquelle les utilisateurs font des jugements de valeur sur des pages web exclut la pensée cognitive. Les utilisateurs testés présentaient une réaction émotionnelle aux pages d’accueil qu’ils ne pouvaient pas contrôler. Cette «réaction affective» pré-cognitive est une réponse physiologique à ce qu’ils voient à l’écran – une «réaction viscérale». Ce report de premières impressions avec d’autres attributs est parfois appelé «effet de halo» ou «biais de confirmation cognitive» : les utilisateurs recherchent des preuves confirmant leur première impression et ignorent les preuves contraires à leur première impression. Les gens veulent avoir raison, et ont tendance à chercher des indices qui confirment leur hypothèse de départ.

“… Le fort impact de l’attrait visuel du site semblait détourner l’attention des problèmes d’utilisabilité. Ceci suggère que les facteurs esthétiques ou d’attrait visuel sont détectés en premier et que ceux-ci pourraient influencer la façon dont les utilisateurs jugent l’expérience ultérieure … . Par conséquent, même si un site est très convivial et fournit des informations très utiles présentées dans un ordre logique, cela peut ne pas parvenir à impressionner un utilisateur dont la première impression du site a été négative ». – (Lindgaard 2006)

Emotion et cognition

Il y a clairement une interaction entre notre réaction émotionnelle à une page Web et notre processus de pensée consciente. Les utilisateurs s’appliquent à la fois à un jugement global (émotionnel) et analytique (cognitif) quand ils décident d’acheter un produit.” Le sentiment qu’éprouveront les utilisateurs à travers un “design propre et professionnel” peut donc avoir une influence appelée effet de halo sur leurs décisions ultérieures d’achat (Fogg 2003).

L’effet de halo, article Wikipedia

 

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE